Bienvenue à New York. Merci de privilégier les fées, vampires, membres du cercle et terrestres !
Le groupe enfant de la lune a été fermé pour surnombre. Seul les scénarios et PV's sont autorisé.

Partagez | 
 

 Dear friend, I really need to talk to you [ft. Zoé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Avatar : Zhu Yi Long
Messages : 56


MessageSujet: Dear friend, I really need to talk to you [ft. Zoé]  Mer 26 Sep - 17:41

Dear friend, I really need to talk to you.

ft. Zoé

Informations.

Il pleuvait à flot. Après quelques semaines d'extrême chaleur, les premières pluies tant désirées venaient enfin rafraichir l’atmosphère étouffante des quartiers New-Yorkais. Des parapluies multicolores dansaient dans les rues en cette fin de soirée. La pluie venait tout nettoyer. Elle ruisselait le long des toits, tombait le long des murs et formait des petits ruisseaux le long des routes. Les voitures, en passant trop près et trop vite des trottoirs, éclaboussaient des passants mécontents. Eliott, plongé dans son propre monde, ne voyait pas tout cela. C'était à peine s'il remarquait l'eau tombant des nuages qui transformait, à ses pieds, la terre en une boue épaisse. Il était debout, au milieu de pierres tombales bien alignées les unes par rapport aux autres. Le calme et la sérénité du lieu lui donnait mal au cœur. Aurait-il préférer ne pas venir ? Peut-être. Mais c'était une action qu'il se devait de faire, au moins une fois par année. Il savait que s'il ne venait pas, un horrible sentiment de culpabilité le poursuivrait demain et les jours suivant, jusqu'à ce qu'il trouve un moyen d'oublier.

Aujourd’hui, c’était l’anniversaire de la mort des personnes qu'il aimait le plus, et qu’il avait perdu. Chaque année, lorsqu’il venait leur rendre visite au cimetière new-yorkais, il s'étonnait de voir que sa tristesse, après toutes ses années passées, était toujours aussi vive que la première année. Son cœur se serra. Il en aurait presque pleuré. Néanmoins, ça n’allait pas arriver. Ça ne servait à rien. Pleurer ne ramenait pas les morts, sinon cela se saurait. Et puis, il n’avait pas envie que, rentré au Cercle, quelqu'un lui pose une question par rapport à son visage bouffi par les larmes. Il n'avait pas besoin de cette sympathie. Pas aujourd'hui. Se forçant à un sourire d’au revoir à son jeune frère, il quitta le cimetière, remarquant enfin le ciel sombre et à quel point il était trempé sous sa veste en cuir. Il frissonna de froid en sentant le vent contre ses vêtements mouillés. Combien de temps de temps était-il resté auprès de son frangin et sa mère ? Lui-même ne saurait le dire. En tous cas, suffisamment longtemps pour risquer d'attraper la crève. Il éternua.

Malgré cela, il ne rentra pas du tout de suite, et prit même son temps. Tant pis s'il tombait malade. Il n’avait pas envie de rentrer. Pas maintenant. En plus de son frère, le jeune homme avait pleins de choses dans son esprit. Choses qui le préoccupaient. La première, la plus importante, était le Cercle. Plus précisément, sa loyauté au Cercle. Il ne savait plus si le groupe suivait la bonne direction ou non. Il ne savait pas ce qu'il voulait. Il comprenait que l’enclave était une organisation bien trop inefficace. Le Cercle lui, était trop violent. Les amis (et ennemis) qu'il avait en dehors du Cercle le faisait réfléchir sur la conduite à tenir. Résultat, il était confus sur sa loyauté.

Il se sentait piégé aussi. Car, en soi, s'il quittait le Cercle, c’était un homme mort. Il pourrait peut-être se défendre contre d'éventuelles vengeances des Downworlders. Mais si des rumeurs couraient qu'un cercliste était seul, l'Enclave ne resterait surement pas sans rien faire. Il serait une proie facile à abattre. Là, intervenait la proposition que Kang lui avait faite. Il ne voulait pas se l’avouer, mais cette sorte d'invitation l'avait marqué. S'il quittait le Cercle, c’était son échappatoire à d’éventuelles représailles, si jamais il ne trouvait pas d’autres option. Il se fustigea intérieurement. Il ne pouvait pas, ne devait pas faire cela. Eliott soupira, agacé par ses propres pensées contradictoires.

Il éternua de nouveau. Pas question qu'il reste plus longtemps dehors. Cependant, il était plutôt loin de chez lui, et le temps qu'il y aille, il serait congelé. Se souvenant que sa chère Zoé habitait dans le coin, il se dirigea vers son immeuble. Avec son état d'esprit, ça lui ferait un bien fou de la voir et de lui parler de tout ça. Elle lui était suffisamment proche pour qu'il puisse lui parler librement de ses doutes. Après quelques minutes de marche, il arriva devant le bâtiment. Il entra alors qu'une personne sortait et monta rapidement les marches quatre à quatre. L'effort le réchauffa. Passant une main dans ses cheveux mouillés, il toqua doucement à sa porte, priant qu'elle soit chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dear friend, I really need to talk to you [ft. Zoé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MSN my dear friend ♪
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Hey my friend [PV]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Dear Journal ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowhunter the Clash  :: New York :: Queens-
Sauter vers: