Bienvenue à New York. Merci de privilégier les fées, vampires, membres du cercle et terrestres !
Le groupe enfant de la lune a été fermé pour surnombre. Seul les scénarios et PV's sont autorisé.

Partagez | 
 

 L'inquiétude de l'amitié. [Myrianah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Avatar : Zoey Deutch.
Messages : 53
Emploi/loisirs : S'occupe des bébés échangés.


MessageSujet: L'inquiétude de l'amitié. [Myrianah]  Sam 1 Sep - 15:08

L'inquiétude de l'amitié.





Allongée dans le lit, tu attends patiemment que la nana et le mec avec qui tu as passé la nuit ouvrent les yeux. Tu les mettrais bien dehors à coup de pieds au cul, mais t’es chez eux. Enfin tu crois. Tu ne sais plus trop en fait … C’est peut-être la fille qui habite là et le mec qui les a rejoint ? Ou l’inverse ? Enfin tu ne sais plus et tu n’as pas envie d’y réfléchir. T’as juste envie de rentrer chez toi, te changer, prendre une bonne douche. Mais bon, avec les deux marmottes, c’est très mal parti. Tu pourrais très bien quitter les lieux comme ça, mais tu ne sais pas où sont les clés de la porte. Soupirant lourdement en passant une main dans tes mèches brunes, tu te redresses finalement. S’ils ne veulent pas se réveiller, tu vas les forcer à le faire. Secouant la fille, tu vois bien qu’elle n’a plus aucun vêtement et donc aucune chance d’avoir les clés sur elle. Alors tu fais le tour du lit pour te poster de l’autre côté, secouant le mec qui s’écroule sur tes pieds tellement il était près du bord. Jurant sans crainte, tu soupires avant de farfouiller dans ses poches de jean. Mais rien non plus. Grinçant des dents, tu finis par le repousser du pied et son visage va se loger dans le sommier. Tant pis, tu as autre chose à faire. Attrapant ta robe rouge qui traîne sur le sol ainsi que tes sous-vêtements, tu te diriges vers la salle de bain après avoir ouvert les portes sur ton passage. La trouvant enfin, tu te recoiffes et te passes un coup d’eau fraîche sur le visage. Retournant dans la chambre, tu vois qu’ils ne sont toujours pas levés. Tant pis. Attrapant la poignée de porte avec un couteau que tu as trouvé dans la cuisine, tu démontes la serrure et sors comme si de rien n’était. Ils n’avaient qu’à se réveiller.

Retournant à la cour des lumières, tu vérifies qu’il n’y a pas de travail, avant de te diriger vers l’endroit oùtu loges. En chemin, tu croises la fée qui t’a traité de monstre et de garce, alors bien sûr, tu es obligée de lui faire signe. C’est plus fort que toi. Immédiatement, elle baisse la tête en murmurant quelques choses à la jeune-femme qui se trouve à ses côtés. Sûrement pour lui dire à quel point tu es un monstre. Entrant, tu fermes la porte bien fort, avant d’enlever ta robe rouge. Filant sous la douche, tu fermes les yeux en laissant l’eau coulée sur ton corps. T’aimerais être comme ces fées, comme ces femmes insouciantes de la douleur que provoque un cœur brisé. Mais tu ne le peux pas. Non, tout ça à cause de lui. Un jour, tu espères recroiser sa route pour te venger. Pour lui faire autant de mal que lui t’en a fait. Tu comptes lui piétiner le cœur, le réduire en millier de morceaux avant de le forcer à te supplier de l’achever. Tu veux qu’il soit autant meurtri que tu l’as été par sa faute. Chaque nuit depuis deux cent ans, tu revois l’image de lui avec cette femme. De leur corps qui se moulent l’un dans l’autre. Rien qu’à l’idée, cette image te tord les entrailles et tu te plies en deux, retenant un haut de cœur. Tu les hais. Tous les deux !

Sortant après de longues minutes, tu t’essuies avant d’enfiler une petite robe blanche transparente. Ça sera plus simple pour appâter celui ou celle qui passera la nuit avec toi ce soir. Mais avant, tu as des choses bien plus importantes à faire. Une fois maquillée et coiffée, comme à ton habitude, tu sors et reprends la direction des rues de New York. Tournant au détour d’une, tu pousses la porte et grimpes les quelques marches, arrivant à la porte tant attendue. Frappant à cette dernière, tu attends patiemment qu’on vienne t’ouvrir. Quand la silouette se dessine, tu sens ton cœur de pierre qui s’effrite et s’affole immédiatement en voyant la tête dépitée de ton amie. Que sait-il passé ? James lui a-t-il fait du mal ? Si c’est ça, ton jumeau va passer un sale quart d’heure. Prenant la louve dans tes bras, tu la serres contre toi. « Mymy, qu’est-ce qui t’arrive ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Myrtille Blu
Co-fondatrice

Avatar : Phoebe Tonkin
Messages : 239


MessageSujet: Re: L'inquiétude de l'amitié. [Myrianah]  Mar 11 Sep - 11:51
Myrtille & Kalianah
L'inquiétude de l'amitié.


La douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec...



Les semaines sont passées tu es toujours faible. Ça te fait mal au cœur. Apres tout tu as perdu une partie de toi, ton bébé. Tu parais faible physiquement, tu restes chez toi évitant de montrer ta faiblesse. Tu ne veux pas que ta meute te voit dans cet état tu as besoin de reprendre des forces. Tu dors pas mal de temps en ce moment. Tu ne sais même pas quelle heure il est tu avances doucement à travers ton appartement vide. Icarus n’était plus là et James s’intéressait plus à sa vengeance que toi. Tu voudrais qu’il te reste un peu plus avec toi mais tu le comprenais. Lui aussi souffrait, presque autant que toi. Il fallait toujours quelques choses pour détruire ton bonheur. Tu voulais avoir le droit à un peu de bonheur. Tu ouvres le frigo puis tu attrapes quelque chose à manger ainsi que la brique de jus de fruit. Tu es encore habillé de ton pyjama, tu t’assois sur la première chaise qui vient. Les images repassent dans ta tête, tu souffres vraiment. Tu repenses à tout ce que tu as vécu, ton moral n’est pas très haut en ce moment. Au début tu as du mal à gérer la meute d’Icarus qui avait disparu sans prévenir. Tu ne comprenais pas ce qui c'était passé il lui était forcément arrivé quelque chose mais tu ne voulais pas penser au pire. Tu sors finalement de tes pensées lorsque l'on frappe à ta porte. Tu te lèves et avance jusqu’à ta porte. Tu ouvres et aperçois la sœur jumelle de James, Kalia. Tu la considères comme ta sœur, tu es très proche d'elle. Tu ne sais pas si James lui a parlé de tout ça. Ton accident, le bébé. Elle te prend dans ses bras te demandant ce qu'il se passe. « Viens, entre. » dis-tu avant de refermer la porte derrière elle. « James ne t’a rien dit ? » demandes-tu en la regardant dans les yeux. Il était tellement obnubilé par sa vengeance qu'il n’avait peut-être même pas pris le temps de prévenir sa sœur. Tu la prenais dans tes bras, tu avais besoin de réconfort.
©️ code par Nostaw.



The Moon. The Sun. The Truth.
Nous allons venger notre enfant et la faire souffrir. La douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec. Il faut profiter du temps tant qu'on est vivant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'inquiétude de l'amitié. [Myrianah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Disparition, inquiétude et retrouvailles...[PV Heïan]
» Panne de leadership:L'eurodéputé Michèle STRIFFLER exprime son inquiétude
» L'inquiétude sursaute au frisson d'une crainte [Pv]
» Au sujet de cet été... inquiétude partagée (pv) TERMINE
» Un air d'inquiétude [V: Leyna & Shaggy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowhunter the Clash  :: New York :: Manhattan-
Sauter vers: