Bienvenue à New York. Merci de privilégier les fées, vampires, membres du cercle et terrestres !
Le groupe enfant de la lune a été fermé pour surnombre. Seul les scénarios et PV's sont autorisé.

Partagez | 
 

 Out tonight ⊱ Nathanael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Kim Yeri.
Messages : 110
Emploi/loisirs : Serveuse et emmerdeuse.


MessageSujet: Out tonight ⊱ Nathanael  Lun 20 Aoû - 0:40

Out Tonight
Yoona & Nathanael
What's the time? Well it's gotta be close to midnight My body's talking to me it says, "Time for danger" It says "I wanna commit a crime Wanna be the cause of a fight"

Elle n'arrive pas à y croire. Dans son sac à main, ses mains s'agitent sous le regard agacé d'un Monsieur Muscle qui, déjà, la pousse sur le côté. Merde. Yoona a beau retourner les recoins obscurs de sa pochette, rien à faire. Sa carte d'identité n'y est pas. Sa fausse carte, plus précisément, passeport de toutes les débauches. Alors, elle tente autre chose, se pâme devant le videur, pleine de sourires, tantôt mièvre, tantôt aguicheuse. En vain. Ailleurs, ça aurait marché, parce qu'ailleurs, on la connaît. Pas ici, dans ce club où elle n'a que trop peu mit les pieds. « Fais chier. » Ses amis ont déjà disparu à l'intérieur, happé par le chaos de la boîte de nuit. Yoona, de son côté, est bonne pour un aller-retour jusque chez elle. À coup de coude rageur, elle perce la file d'attente, aussi agacée contre elle-même que contre le monstre de marbre qui vient de la recaler. C'est une première, ça ne lui ressemble pas, d'habitude Yoona fait gaffe à ce genre de choses. Dans cette vie qu'elle dévore à toute allure, la jeune femme n'a pas de temps pour de telles d'étourderies.

À peine atterrie sur le trottoir qu'elle abandonne l'avenue animée pour se perdre dans une rue adjacente. La nuit l'accueil à bras ouverts comme une vieille amie solitaire. À la lueur jaunâtre des lampadaires, entre goudron et ciel sans étoiles, Yoona est dans son élément. Elle épouse la lune du coin de l'oeil, se laisse aller aux idioties de l'ivresse en tournoyant un instant sur elle-même. Ça l'amuse, de sentir le monde tourner trop vite. Elle a le droit, ce coin est désert. Yoona le connaît par coeur. Sans peur, elle s'enfonce toujours plus dans les entrailles de New-York. Mais elle n'a pas fait cent mètres dans une nouvelle rue que, déjà, des sifflements lui écorchent les oreilles. Aussitôt, les premiers éclairs lui grondent dans les prunelles. Ils sont quatre, appuyés contre un mur à sa gauche. Un groupe de cons déjà bien consumé par l'alcool. La gamine peut presque sentir les marques brûlantes que leurs yeux imbibés de luxure laissent sur ses jambes dénudées. Évidemment. Avec ses escarpins, ses traits fins, sa cascade de cheveux blonds et un mini short qui révèle plus qu'il ne cache, Yoona attire les regards et les envies. Réduite à son enveloppe charnelle, elle n'est plus belle, mais bonne.

Elle pourrait changer de trottoir. Elle devrait changer de trottoir. Mais non, Yoona trace sa route, d’une démarche légèrement titubante. Elle aussi, a la boisson qui lui pèse sur la cervelle, de bons restes des premiers verres de la soirée. Les sens engourdis, Yoona se sent aérienne, elle domine le monde du haut ses plateformes aux allures d’échasse et ce ne sont pas ces salauds qui lui arracheront sa couronne. Par défi, elle continue d’avancer, quitte à frôler le danger. C’est sous une averse de commentaire qu’elle les dépasse en claquant des talons. Ça c’est une vraie chatte. Joli cul, c’est combien ? Hé, attends t’éloigne pas, on va faire connaissance ! Les mots, aussi agressifs qu’obscènes, lui glissent sur la peau sans la toucher. Ou presque. Parce que mine de rien, ça l’énerve. Beaucoup. Leurs attitudes, plus que leurs paroles. Des mecs comme ça, elle en a trop vu pour continuer à plier sagement l’échine. Le geste part tout seul : deux majeurs, fièrement levés au-dessus de sa tête. Sa petite rébellion contre les idiots de ce genre. La seule qu’elle puisse se permettre, surtout. Si elle a le sang assez chaud pour oser une provocation, Yoona n’est cependant pas assez stupide pour se jeter tête la première dans une bagarre verbale qu’elle sait perdue d’avance. Du moins, pas cette fois. Il y a des ooooh et des aaaah doublés de ricanement qui répondent à son geste, mais elle les ignore.

Ce que Yoona n'avait pas prévu en revanche, c'est que ces cons commencent à la suivre. Elle peut encore sentir leurs oeillades insistantes glisser le long de son dos entre deux remarques déplacées. Putain. Elle s'est encore foutue dans de beaux draps. Hors de question de les mener gentiment jusqu'à chez elle, Yoona redouble de force dans sa marche et prend la direction opposée. Faute de réussir à les semer, peut-être parviendra-t-elle à les lasser, eux et leurs corps alourdis par l'alcool.

Ou pas. Plusieurs minutes s'écoulent sans que rien ne change. Les pas s'enchaînent, on s'approche, on se repousse, et plus Yoona s'énerve, plus ça semble les amuser. La gamine ne se gène d'ailleurs plus pour répondre à leurs remarques, nourrissant une conversation sans fin. C'est plus fort qu'elle. Et au milieu de cet échange teinté d'insultes, la tension monte, un peu trop vite, un peu trop incontrôlable. Il faut qu'elle s'éclipse, ou Yoona le sait, les choses risquent de dégénérer. Son poing la démange, elle meurt d'envie d'exploser le nez de ses types. Ce serait de la folie. Comme elle ne tient pas particulièrement à se faire défoncer (dans tous les sens du terme), Yoona cherche une issue, une allée plus animée, une bouche de métro, une porte d'immeuble mal fermée derrière laquelle pourrait disparaître. Elle commence sérieusement à envisager cette option quant au détour d'une rue, le miracle. Une présence humaine. Un jeune homme dont les traits éveillent une vague impression de déjà vue dans son cerveau embrumé. Elle n'a pas le temps de s'attarder sur ce détail, une idée lui traverse déjà l'esprit. « Hé ! Andrew ! » Qu'elle hèle, sa main en haut-parleur. Pourquoi Andrew ? Pourquoi pas. Elle n'en sait rien. Soumise à son impulsivité, il y a des choses que Yoona ne s'explique jamais. « Andrew ! » Répète-t-elle, plus fort cette fois, en agitant sa main libre, au cas ou l'inconnu ne se serait pas reconnu. Sans lui laisser le temps de réagir, elle lui fonce dessus, s'incruste avec violence dans son espace personnel en lui saisissant le bras. C'est avec un faux sourire sur les lèvres qu'elle l'entraîne dans sa marche. « Je t'ai cherché partout ! Faut qu'on rentre, j'ai laissé ma carte d'identité à la maison.» Elle doit avoir l'air d'une folle, à causer de la sorte, Yoona en a conscience. C'est pourquoi elle baisse soudainement d'un ton pour murmurer quelques explications : « ... Ok, je t'explique, en fait ces mecs veulent pas me lâcher et j'ai... Plus ou moins empiré le truc en les provocants légèrement... Je me suis dit qu'on me foutrait la paix si je faisais semblant de te connaître. » Elle lui cause comme à un ami de longue date, le plus naturellement possible, sans honte ni retenue, parce qu'elle ne connaît pas la timidité et que la boisson s'est chargé d'effacer les restes de réserve qu'il pouvait lui rester. Tout ce qui lui importe, c'est d'être assez convaincante pour que les types de derrière la croient accompagnée. Généralement, ça marche. Une présence masculine chasse l'autre. Sauf qu'il y a l'alcool. Et qu'ils sont quatre. Les conséquences de ses actes irréfléchies la rattrapent quand une bouteille de bière explose à leurs pieds. « Arrête de fuir, on sent ton cul à dix kilomètres ! » La réponse de Yoona est immédiate, elle tombe gracieusement sur ses lèvres, telle la rosée du matin : « C’est mon poing dans ta sale gueule que tu vas sentir, connard ! » Élégance et douceur. Et sans plus de cérémonie, la jeune fille ôte ses échasses. Fini de jouer, faut pas déconner. La première chaussure prend soudainement son envol, un missile improvisé qui manque de peu le visage de sa cible. Sa deuxième munition dans une main, elle saisit celle de l’inconnu dans l’autre, toujours dans la hâte de l’action. « Vite, on se casse ! » On. Par réflexe, elle a inclus le faux Andrew, ce garçon qu’elle ne connaît pas, à son évasion. C’est la moindre des choses. Après tout, si elle le laisse ici, nul doute qu’il paiera à sa place les frais de ses provocations. Autant assumer ses stupidités jusqu’au bout et le tirer d’ici. À vrai dire, ça la fait presque rire, Yoona. La voilà sur le point d’entamer une course-poursuite d’ivrogne, pieds nus, avec un inconnu dans son ombre. Tant pis. La nuit est le berceau de toutes les folies et sa folie, à Yoona, c’est de se foutre en l’air sans se soucier du reste.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Out tonight ⊱ Nathanael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nathanael
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]
» In The Air tonight [Livre 1 - Terminé]
» sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowhunter the Clash  :: New York :: Manhattan-
Sauter vers: