RemonterDescendre
        


Nous sommes à la fin de la saison 2B. Valentin recherche le miroir mortel pour invoquer l'ange Raziel, une guerre se prépare.
 
Dernière maintenance 26/10/17. Un évènement en cours. Encore plusieurs scénarios et PV's disponible. ♥️

Partagez | 
 

 On n'a pas toujours ce qu'e l'on espère [Alyona/Anton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Maslov
Avatar : Andre Hamann.
Messages : 27


MessageSujet: On n'a pas toujours ce qu'e l'on espère [Alyona/Anton]  Dim 7 Jan - 16:22

On n'a pas toujours ce que l'on espère

« Et sinon, tu comptes rentrer quand ? Si tu ne la trouves pas, c’est qu’elle n’est pas là. » Soupirant lourdement, Anton roule des yeux face aux propos de sa sœur. Elle ne peut pas comprendre. Mais surtout, elle ne cherche pas à le faire. Sauf que lui est certain, qu’elle est là, quelque part, pas loin. Peut-être qu’il l’a déjà croisé mais qu’elle a fait exprès de ne pas apparaître à ses yeux ? Après tout, elle a fui il y a quelques années maintenant, sans raison, sans un mot. Et jamais elle n’a donné de nouvelles, ce qui a meurtri le cœur d’Anton toujours un peu plus. Mais au fond de lui, il ne peut en vouloir à Alyona d’avoir eu un tel comportement. Avec tout ce qu’elle a vécu, il peut comprendre qu’elle est eue besoin de prendre le large. Mais ce qu’il n’accepte pas, c’est qu’elle l’ait fait sans le prévenir, qu’elle soit partie sans un mot pour lui. Ils étaient plus que de simples amis ! La rune gravée sur son omoplate gauche le lui rappelle chaque jour, malgré le temps qui s’est écoulé. Mais apparemment, même ce lien n’était pas assez fort, peu importe ce qui est dit dans les légendes. « Anton tu m’écoutes ? » Secouant la tête, il rassure Iléana. En réalité, il ne sait pas ce qu’elle a dit mais quand il l’entend parler fleurs, il se doute que c’est pour son soit disant mariage. Sauf qu’il fera tout pour l’éviter s’il le peut. Avant qu’il ne puisse contester, sa sœur tend l’appareil à sa fiancée. Cette dernière pleure ce qui met Anton plus que mal à l’aise. Il n’est pas très doué pour réconforter les gens à distance. Surtout qu’il ne sait pas quoi répondre, car elle lui demande de rentrer pour qu’ils puissent vivre ensemble. Comme si lui avait envie de cette vie … Soupirant, il l’écoute lui raconter qu’elle a été essayée diverses robes ou conneries du genre. Anton s’en moque mais il n’a pas envie de se prendre encore une fois la tête avec sa sœur, alors il l’écoute. Callant l’appareil entre son oreille et son épaule, il joue machinalement avec sa bague. Pourquoi est-ce qu’il continue de porter cette stupide alliance ? Alors qu’elle se met à parler d’enfants, Anton se redresse, reprend son téléphone et parle rapidement. « Je dois y aller, on m’appelle. Bye ! » Il raccroche immédiatement. Avoir des enfants ? Mais quelle horreur ! Quelques images lui viennent à l’esprit, qu’il chasse immédiatement. C’est juste hors de question. Il veut bien faire des choses pour sa sœur, mais il ne faut pas abuser non plus ! Attrapant sa stèle, il glisse un poignard séraphique dans sa ceinture, avant de sortir. Il faut qu’il prenne l’air, et ce, rapidement. Anton aurait bien voulu aller boire un verre, mais il ne fallait pas qu’il en prenne trop l’habitude. Une fois dehors, il s’allume une cigarette. Soufflant la fumée, il la regarde disparaitre dans le ciel, un léger sourire aux lèvres. Puis il se met en marche. Regardant toutes les silhouettes malgré la nuit tombée, il ne cesse d’espérer la croiser. Ce n’est qu’une question de temps. Tournant dans une ruelle, il repère une chevelure. Plus longue que dans ses souvenirs, mais il est presque certain que c’est elle. La suivant discrètement, aussi silencieux qu’une ombre, Anton veut s’assurer que c’est bien la bonne personne avant d’intervenir. La lumière du lampadaire se reflète l’espace de quelques secondes sur le visage de la jeune-femme, et c’est là qu’il est sûr. Son cœur manque un battement, alors qu’il a du mal à y croire. Pourtant, c’est bien elle. Il se racle la gorge pour lui faire signe de sa présence. La regardant avec une expression neutre, dès qu’elle s’est retournée vers lui, il croise les bras sur son torse. « Alyona, ravi de voir que tu vas bien. » Son ton est peut-être un peu trop froid, vu que les reproches ne sont pas loin. S’avançant d’un pas vers elle pour qu’elle puisse voir son visage également, il ne perd pas son sang-froid. «  Tu es bien loin de chez toi, dis-moi. » Il est autant ravi de la revoir, qu’il a envie d’hurler sa frustration. S’arrêtant non loin d’elle, il joue avec ses doigts. Il ne faut pas qu’il s’énerve, il le sait. Mais il est plus du genre à foncer dans le tas, plutôt que de faire des courbettes inutiles. « Qu’est-ce que tout ça veut dire, Aly ? » D’un geste, il englobe, cette ville, cette endroit, cette situation.  Il a besoin de savoir. Et maintenant qu’Anton vient de la trouver, il ne compte pas la laisser repartir comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On n'a pas toujours ce qu'e l'on espère [Alyona/Anton]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowhunter the Clash  :: New York :: Staten Island-
Sauter vers: