AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum vient d'ouvrir ces portes le 27/05/2017. Encore plusieurs PV's disponible. ♥

Long Time No See... ft Jace & Alec

 :: New York :: Bronx Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 31 Mai 2017 - 18:21
Jace & Alec
Long Time No.
Long Time No See

La situation n’avait rien de simple. Le fait que j’en sois rendu à simplement éviter de croiser mon Parabataï ou qui que ce soit qui pourrait avoir la fâcheuse idée de me questionner sur le sujet de Valentin, Clary ou ces derniers jours me rendait mal à l’aise.

Franchement j’aurais dû me faire au fait que rien dans ma vie ne tournerait jamais simplement rond mais voilà, j’avais beau me dire que tout était logiquement simple que la vie n’avait rien de normal et que quoi qu’on veuille en faire, il y avait toujours son lot d’imprévus ou de problèmes. Je n’arrivais toujours pas à accepter quand cela touchait des personnes auxquelles je tenais.

J’avais un temps voulu protéger Clary du destin qui est le nôtre, mais en ce faisant j’avais placé trop de barrières pour qu’elle puisse s’épanouir et contourner les miennes. Il me donc fallait passer par la pire des actions pour l’en libérer et me forcer à régler le boxon qui régnait dans ma vie avant même que j’ai poussé mon premier cri et visiblement tout était encore à refaire. Sauf que vous imaginez bien que dix-neuf années de désordre ne s’arrangent pas en quelques jours et surtout pas si s’en greffent d’autres à mesure que vous tentez de tout replacer.

Perdre Jocelyn avait été une épreuve pour tous. Certes il n’était finalement pas ma mère de sang, puis les mots de Max, l’avoir vu rentrer dans ma vie alors qu’il parlait à peine et se glisser dans la salle d’entrainement avec ses figurines de super héros pour nous imiter moi et ses aînés dans nos entraînements, pour en finir par ce petit rien de gêne en lui.

Il fut le premier à défoncer les portes et barricades que j’avais construites, suivi de ceux qui aujourd’hui encore représentaient ma famille bien plus que celle de sang. Avançant dans les rues de New-York sans aucun autre but que de tuer ma fin de journée, je faisais glisser entre mes doigts ma stèle qui avais remplacer le petit soldat quand je l’avais offert à Max, ma manie toujours là, avais eu ainsi son palliatif. Pourquoi je repensé à ce petit jouet débile que j’avais emporté avec moi de ma mascarade de vie avec Valentin avait finalement autant son lot de bons souvenirs qu’un poids important de douleurs qui chaque jour me rappelait de rester sur mes gardes, que je n’étais pas vraiment un des leurs, si le sort avec causés la révélation de mots non dis repoussais, il en rester pas moins qu’ils les avaient à un moment tous pensée quand il avait crue comme moi que j’étais le diable crée par Valentin.

Après deux heures à marcher de rues en avenues, invisible au Terrestres, je sortis mon téléphone de ma poche pour regarder le message reçu en début d’après-midi. J’avais vu Izzy il y a quelques heures et ne m’attendait pas à ses nouvelles sur mon téléphone. Depuis mon départ pour fuir ma disgrâce angélique, on communiquait via messages parchemin qui brûlaient assez rapidement pour ne laisser aucune trace et en rien par messages. Je parcouru donc ce dernier et lançai un œil sur l’horloge numérique de l’écran pour voir que j’avais un retard de quelques minutes.

Refermant l’écran, je cherchais des yeux le nom de la rue et un arrêt de bus pour me repérer. Marcher sans but c’est bien quand tu veux te perdre ou ne pas être trouvé mais là tout venait de changer. Je devais à présent me repérer puis utiliser un portail pour me rendre au plus près du point chasse au sirène avec Alec.  

Poussant un soupire d’agacement une fois mes recherche faites face à l’idée même de devoir courir là où je tentais de ne pas me trouver depuis des jours, je dessinais dans l’air la et vis le passage se matérialiser dans le vide. Encore hésitant à l’idée de le franchir je fis un pas de recul et le laissai se refermer.  

Je ne pouvais m’empêcher de ruminer quelques injures dans ma barbe, me disant simplement que j’allais devoir faire face à Alec avec qui on avais rien réglé depuis mon retour. Il prenait sur lui depuis des années, et savais qu’on ne réglé rien avec moi sur le moment, que j’avais besoin de temps. Mais de là à l’évité, c’est une première, bien que j’avais la sensation qu’il en faisait quelques parts autant.

Grandir avec des gens a du bon, mais aussi du mauvais, cela vous rappelle régulièrement que vous n’aurais jamais ce lien bien à vous qu’ils partagent. Enfin pour le coup, Alec me manquait, Izzy me manquait, ma vie merdique me manquait.

Fuir n’avait jamais été un art que je cultivais et me retrouvais là bloqué face à ce choix me donnait la sensation déplaisante de devoir au final trahir mon passé et avoir à partir quelques temps seuls pour ne plus souffrir autant. Poussant un nouveau soupire, je retraçai la rune et lançai un regard au petit vers les terrestres aveugle non loin. Sans réfléchir je passai le portail pour me retrouver dans une rue animée du centre non loin de l’institut. Mon regard se braqua directement sur la façade d’une Librairie qui caché un passage vers le marché noir et les égouts.


©Hystéria
avatar
Date d'inscription : 29/05/2017
Messages : 80
Localisation : Dans la merde

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Juin 2017 - 14:41




Long time no see

Jace & Alec

Une mission avec Jace qui est mon parabatai. Cela fait un moment que j'en ai pas eu une et que je ne l'ai pas vu d'ailleurs. Mon parabatai est devenu invisible à l'institut parce qu'à chaque fois que j'y suis, lui n'y est pas. Peut-être qu'il m'évite. Non ce n'est pas peut-être, c'est sûr. Enfin bref, je lui demanderai quand je le verrais. Je finis de me préparé à l'institut pour ma mission. Allez dans les égouts. Comme si ça ne pouvait pas être pire. Je soupire en repensant à cette mission que Lydia lui a dit de faire. Une fois équipé. Je réfléchis à plusieurs éventualités et fini par sortir de l'institut. Je rejoins la ruelle derrière l'institut puisque c'est l'heure. J'y trouverai sûrement Jace qui doit m'attendre, mais bizarrement lorsque j'arrive. Il n'est pas la. Je soupire en prenant mon téléphone. J'envoie un message à Jace afin de lui demander ou est-ce qu'il est, que je suis déjà sur place et que je l'attends. J'ai l'impression de perdre mon frère plus le temps passe et je n'ai aucune idée de comment c'est arriver. Je n'ai pourtant rien fait de mal enfin je crois ? J'aurais cas lui posé la question quand je le verrais. J'attends quelques minutes tournant en rond dans la ruelle. Qu'est-ce qu'il fait bon sang ?! Est-ce qu'il va venir ? Je n'en c'est rien puisqu'il fait le mort depuis l'arrestation de Valentin. Je déteste le fait qu'il s'éloigne comme ça de moi. Tout ce que je veux, c'est l'aider à allez mieux, mais il me repousse, m'évite comme si j'avais fait l'acte le plus horrible au monde. Je me torture l'esprit en essayant de trouvé quelque chose que j'ai pu faire. Ça m'aidera peut-être à comprendre et surtout ça me fait patienté en attendant que Jace arrive. Je suis sorti de mes pensées par un portail qui s'ouvre. Jace y sort. Enfin. Je sors de l'ombre afin de le rejoindre. "Enfin tu es là, il était temps..." Je suis content de le voir. Mon frère m'a manqué même s'il croit le contraire. Je m'approche doucement de lui. J'aimerais tellement savoir ce qui se passe, mais je ne vais pas lui demandé maintenant. "Comment tu vas ? J'ai l'impression que ça fait un siècle que je ne t'ai pas vu à l'institut." Il verra bien au ton de ma voix que je n'ai rien à lui reproché comme ça. Bon assez de blabla. Il faut se mettre au travail. C'est parti pour une longue visite des égouts. J'en raffole d'avance.

Aux côtés de Jace, je marche dans ses tunnels qui sente terriblement mauvais. C'est une infection. Bon, on ne va pas passé le reste de la mission à être silencieux alors comme il ne le fera pas, autant que je lance la conversation. Jace a complètement changé. Je le sens au fond de moi qu'il ne va pas bien. Il le sait que je le sais, mais il ne me dit rien et c'est ça le pire. Nous sommes parabataï, il est ma moitié. C'est mon devoir d'être présent pour lui. Il est aussi mon frère et mon meilleur-ami. Je suis incapable de l'abandonné et ça il devrait le savoir. Nous continuons d'avancer, toujours sur nos gardes. Pour le moment les tunnels sont vides, mais nous sommes pas à l'abri d'une attaque de démons. Ils se cachent vraiment n'importe où alors pourquoi pas les égouts. Ils ont aucun tabous les démons après tout. Je tourne ma tête vers mon frère. "Je sais que ce que je vais te dire ne va pas te plaire, mais pourquoi tu m'évites Jace ? Je sais que tu vas mal, je le ressens au fond de moi. J'aimerais t'aidé, mais à chaque fois que je veux te parlé. Soit tu ne réponds pas à mes appels ou mes messages, soit tu n'es pas la. Je ne sais vraiment pas comment je dois le prendre." Ce n'est pas une accusation. C'est juste que je m'inquiète énormément pour lui. Je ne supporte pas de le savoir aussi mal. J'aimerais qu'il soit heureux comme je le suis en ce moment. "Tu sais que tu peux tout me dire, je ne te jugerais jamais. Bien au contraire. Je serais toujours présent pour te soutenir quoi que tu fasses." Je suis quand même inquiet de la tournure que cette conversation va prendre. Je connais Jace par coeur et je sais qu'il ne supporte pas d'être confronté comme ça sans qu'il l'ai décidé lui-même. Je ne lui laisse pas le choix de toute manière. Je ne le lâcherai pas jusqu'à qu'il me dise ce qui se passe.

by tris
Pretty Boy
avatar
Date d'inscription : 21/03/2017
Messages : 130
Localisation : Il passe la plupart de son temps à l'institut ou chez Magnus.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin 2017 - 0:38
Jace & Alec
Long Time No.
Long Time No See

Quand je ferme les yeux, que je repense à ma vie, je me demande à quel moment j’ai fait le choix de me couper des autres. Aussi loin que je tente de me souvenir, rien n’y fait j’ai toujours été ainsi. Au point où Maryse chercha des réponses à mon mutisme, à mon manque de sociabilité ou simplement à mon manque de répondant, alors que j’étais si différent avec Alec.

Je ruminais mes réponses au lieu de les lâcher à la face des gens. Je rigolais des autres intérieurement et me focalisais sur les coups qu’on me portait pour apprendre à les encaisser. Je visualisais les gestes et les conséquences de mes actions. Des années durant je me buttais à cela, restant hors des jeux des enfants de l’institut du moins cela dura deux années. Jusqu’à ce qu’Alec brise mes barrières, l’adolescence fut plus simple à ses côtés.

Je fus amusé de voir le charme que provoquait ma personne sur les filles/femmes, et décidais de ne prêter aucune attention à ces dernières avant de parfaire mon entrainement, avec le temps Alec était devenu une sorte de frère, un parabataï d’évidence incontournable. Peu à peu malgré mes murs il m’ouvrait au monde, je changeais pour naître tel que j’avais toujours été devenant encore plus un mystère pour certains, qui n’avaient pas le droit au même privilège qu’Izzy, Max et Alec. A croire que ma rencontre avec Alec y était pour beaucoup, notre lien arriva sans que l’un ou l’autre n’y soit vraiment préparé. Pour tout dire cela fut si naturel que nous ne cherchions même pas à changer les choses. Quand je me buttais à encaisser, il se buttait tout naturellement à répondre et ainsi de suite.

J’étais attaché à lui sans comprendre pourquoi ni comment, moi qui n’avait jamais voulu d’attaches. Moi qui gardais secret la raison même de mon détachement, fut mis à jour par lui sans même que des mots ne soient prononcés et avec le temps, il connut tous mes secrets, mon passé, mes maux, les raisons qui composaient mes réactions. Mon petit jeu avait eu pour effet de faire de moi un chasseur d’ombres hors du commun et m’avait offert quelques privilèges que nul avant n’avait obtenu à savoir le droit de prendre un parabatai à quinze ans là où beaucoup ne les obtenaient qu’a dix-sept. Ainsi mes coups de rébellion furent oubliés au profit de mon courage ou ma capacité à me battre et vaincre. Enfin pas pour Maryse qui ne manquait que rarement de me rappeler que j’étais à présent unis à la mort à son fils et à ce titre responsable de lui, bien plus que de moi. Petit à petit je compris alors que mes jeux furent excusés pour la simple cause que nul n’arrivait à me briser et ce ne fut pas faute de tenter.

C’est dans cette toute nouvelle otique de ne plus perdre de chasseurs de Haut vol que le conseil avait finalement accordé notre union parabatai, cela me forçait à penser à un autre que moi.

J’avais donc fait face à bien des batailles mais aucunes ne m’avait autant touché que les dernières. J’avais encaissé quelques bonnes raclées et quelques os cassés. Mais rien de tout cela n’avait mis à mal mon entrain ou mes résolutions, jusqu’à l’instant où j’avais vu Alec mourant à cause de moi et uniquement moi, pire quand Valentin m’apprit qu’il m’avait manipulé… Je vivais au jour le jour à présent et prenais la vie dans son ensemble comme une prison dans laquelle je devais trouver le moyen de sauver Alec de moi et tenir Clary le plus loin possible.

« Hmm... Tu crois ? Et bien on en parlera quand ça puera moins non ? » Belle tentative pas vrai ? Il ne lâcherait pas je le savais parfaitement et les mots suivant le confirmèrent. Je m’arrêtai, faisant tourner la poignée du poignard dans ma main.

« Tu es presque mort à cause de moi, c’est bien assez ne crois-tu pas ? Et puis franchement, qu’est-ce que ça peut faire que je vive à l’institut ou ailleurs ? Du moment que je sois là pour fouiller les égouts et humer ce parfum torride de sirène qui manque de bain ? » Je fis quelques pas et voyant qu’il ne bougeait pas soupirai.

« Ta famille a besoin de se retrouver et certainement pas besoin de m’avoir dans les pattes pour le moment, de plus j’ai pas franchement envie de voir Clary ou simplement que tu refasses ce genre de chose à cause de moi, alors si je ne suis pas là pour vous coller dans mes conneries, ça ne peut être que positif, et puis si tu ressens que je ne vais pas bien, je ressens que toi par contre t’es sur un petit nuage et après ce que je t’ai fait subir, je te dois bien de te laisser profiter de ton bonheur, Valentin, même enfermé, le cercle n’en finira pas comme ça sans qu’on ait retrouvé les instruments, alors go allons éradiquer quelques suspects. »

©Hystéria
avatar
Date d'inscription : 29/05/2017
Messages : 80
Localisation : Dans la merde

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Juin 2017 - 23:22




Long time no see

Jace & Alec

Une mission dans les égouts. Je me demande bien ce que Jace et moi avons fait pour avoir à faire une mission dans un tel endroit. Je sens qu'après cette mission. On aura beau se lever, on sentira toujours autant le phoque. L'horreur. Nous avançons tranquillement dans les égouts. Qu'est-ce que l'enclave croit qu'on va trouvé sérieusement ? Je suis certain que même des démons ne se cacherait pas ici. Je fronce les sourcils aux paroles de mon parabatai. Il ne veux pas parler. J'ai bien compris, mais nous pouvons pas rester comme ça. Je veux retrouvé mon frère moi. Je soupire tout en continuant à avancer. "Si tu veux oui, mais il faudrait déjà que j'arrive à te voir pour que nous parlions tu ne crois pas ?" Je regarde un peu partout, mon arc en position prêt à tirer si jamais quelqu'un ou quelque chose attaque. Je reste sur mes gardes. Sait-on jamais ce qui peux se trouvé dans cet endroit putréfiant. Je m'arrête de marcher lorsque Jace se stop aussi. Je le regarde. Il va parler je le sais. Lorsque celui-ci ouvre finalement la bouche. Je fronce les sourcils à ses propos. Je soupire. Nous avons donc pas dépasser ça. "Ce n'est pas ta faute Jace. C'est la faute de Valentin. Tu n'y es pour rien toi et je ne t'en ai jamais voulu. Oui j'ai faillis mourir, mais tu m'as sauvé la vie et c'est tout ce qui compte pour moi." Je marque une légère pause puis reprend. "Jace. Je sais que tu ne veux pas voir Clary, je le conçois parfaitement, mais... l'institut n'est pas pareil sans toi. J'ai l'impression de te perdre une deuxième fois et c'est pas cool." Jace est mon frère, mon meilleur-ami, mon parabatai. Il sait l'importance de notre lien. Il sait que je ne peux pas vivre sans lui. J'ai vraiment besoin de lui à mes côtés et le fait de le voir si peu et de sentir à quel point il va pas bien. J'ai l'impression de mourir à l'intérieur. Je ne peux rien faire pour l'aider et ça me bouffe vraiment de l'intérieur. "J'ai besoin de toi Jace, nous avons tous besoin de toi." Je soupire en restant la sans bouger, j'en ai marre. Je veux récupérer mon frère et je ferai tout pour ça.

Je le regarde continuer à avancer alors que moi je ne bouge pas. Je veux qu'on s'explique et je m'en fiche complètement que la mission échoue ou pas. Quelque chose n'est pas régler entre nous et nous allons le régler maintenant. Je le regarde en fronçant les sourcils. Je l'écoute faire son monologue. J'hallucine. Il est vraiment sérieux dans ses paroles ? Je crois rêvé. Il va vraiment me faire pété les plombs. Dés qu'il a fini de parler. Je le regarde. "Jace tu viens tellement de dire de bêtises dans ton monologue que..." Je soupire en passant une main dans mes cheveux. Il ne faut pas que je m'énerve. Pas maintenant. Pas au milieu des égouts. "Alors de un tu es de la famille tu te souviens ? Nos parents te considère comme leurs fils, Isabelle te considère comme son frère, Max te considère comme son frère et moi je te considère comme mon frère. Donc arrête de jouer au crétin en restant loin de nous. Tu es toi aussi un Lightwood Jace et ça depuis que nous nous sommes rencontrés quand nous étions enfants." Je m'approche doucement de lui et pose ma main sur son épaule. "Jace... je te le répète, ce n'est pas à cause de toi que j'ai fais ça, c'est à cause de Valentin. C'est lui qui t'a emmené. Toi tu n'as pas eu le choix que de le suivre parce que t'as voulu nous protéger alors arrêter de te sentir coupable." J'en ai le coeur brisé de savoir que Jace va aussi mal. J'aimerais tellement l'aider, le sortir de ce cauchemar, mais je ne sais pas comment faire. J'ai l'impression de me perdre complètement. Mon frère me manque et je ferai tout pour l'aider. "Oui c'est vrai que je suis heureux en ce moment grâce à ce que je partage avec Magnus. Mais j'ai aussi besoin de toi Jace. Tu es mon parabataï, tu es mon frère et je ne peux pas vivre sans toi. S'il te plaît, reviens à l'institut." En ce qui concerne la dernière partie de sa phrase. Je ne réponds pas puisque j'en pense pas moins. Je remets bien mon arc puis continue d'avancer en regardant un peu partout. Saletés de démons venez que je vous botte les fesses. Cela me défoulera car la situation de Jace, son mal être me brise en milles morceaux tellement je me sens inutile. Je n'arrive pas à l'aider, à lui faire sortir la tête de l'eau et ça me tue au plus profond de moi.

by tris
Pretty Boy
avatar
Date d'inscription : 21/03/2017
Messages : 130
Localisation : Il passe la plupart de son temps à l'institut ou chez Magnus.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowhunter the Clash  :: New York :: Bronx-