AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum vient d'ouvrir ces portes le 27/05/2017. Encore plusieurs PV's disponible. ♥

Entre mission et sentiments (Jace) ♥

 :: New York :: Manhattan Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 30 Mai - 14:22
Entre mission et sentiments.

Clary & Jace


Tel un courant d'air je passe la porte, mon regard balaye rapidement les lieux. L'institut est une vague de mouvement continue qui ne s'arrête jamais ces temps-ci. Du coin de l'œil je peux apercevoir des groupes d'opération prêt à partir en mission. Depuis que les accords sont rompus, les shadowhunters redouble d'efficacité et de travail. Et si l'on m'a fait venir d'ici en urgence c'est qu'apparemment on manque de chasseurs d'ombres sur le terrain. D'un pas élancé je me forme un passage évitant les pas de géants autour de moi. Les membres de l'institut sont tellement encombré par ce qu'il se passe à l'extérieur qu'il manque parfois de me rentrer dedans. Je laisse mes pas me guider jusque Lydia, notre superviseur poussant un long soupire argumenté d'un sourire -"Quel cirque !". La blonde n'avait visiblement pas envie de plaisanter, son regard aborde une expression qui se veut sérieuse et formel. J'hoche activement la tête pour lui montrer que je suis prête à l'écouter. Je pu apercevoir son regard glisser derrière moi, mes yeux suivirent instinctivement les siens. D'un mouvement de tête je compris ce qu'elle regardait derrière moi, Jace.

Je lui offre un sourire tandis que la voix de Lydia retient l'attention de mes oreilles. -"J'ai besoin de vous deux pour une mission. Les autres sont tous sur le terrain. Il s'agit d'un groupe de vampire dans le quartier sud de Manhathan. Un humain vient d'être retrouvé sans la moindre goutte de sang dans l'organisme [...]". Savoir que certaine créatures obscures profite des évènement actuel à leurs défunt personnel me révulse. Les terrestres sont une cible potentiel pour ce genre d'extrémiste. Une cible facile, et le fait que certains les considèrent en bas de l'echelle est tout bonnement inacceptable. Mais il est vrais que le thermes d'humanité est nettement trop "terrestre" pour eux. Je jette un coup d'œil à Jace, il semble que l'on va devoir faire équipe lui et moi. Bien que se ne serait pas la première fois, notre relation reste avant tout tendu en ce moment. Je l'aime, mais j'aimais Simon aussi surement moins que Jace mais j'ai tout de même vécu des choses forte avec lui. Rester avec Simon aurait été hypocrite de ma part sachant que mes sentiments résonne plus fort du côté de Jace. Je crois que Simon était un échappatoire pour oublier mes véritables sentiments pour le blond qui fut mon frère pendant un temps. Et maintenant j'apprend que tout ca n'est qu'un tissu de mensonge inventé par Valentin. Une douche froide, un saut d'eau glacé, le tout s'amassant lourdement sur mes épaules. Et mon esprit s'embrouille entre sentiment et culpabilité. Ma rupture avec Simon ne fut pas facile connaissant les sentiments de Simon à mon égard et c'est pour cette raison qu'il est impensable pour moi de revenir vers Jace. Pas après ce que j'ai fais à Simon.

Nous sommes sortie en silence jusqu'à l'extérieur de l'institut. A chacune des mes expirations une vapeur blanche sort d'entre mes lèvres, en effet le climat est plutôt hivernal. Jace à mes côtés je ne sais pas comment réagir, faire comme si de rien était ? Je pense que c'est la meilleure solution. La nervosité m'anime désormais mais pas suffisamment pour m'empêcher de lancer la conversation. -"Bon, et on y va comment ? Et s'il te plait ne me dit pas qu'on y va à pied par ce temps glacial" je tente une petite pointe d'ironie à peine perceptible pour alléger l'atmosphère. Evidemment que si il fallait utiliser nos jambes pour se rendre la-bas je m'exécuterai. Ma plainte n'était qu'une façon détourné pour engager la conversation. Une conversation sur la pluie et le beau temps, certes. Puis mon regard se pose sur lui. J'ai l'impression de me noyer dans ces yeux d'un bleu à l'océan infini, mon cœur me joue des tours. C'est plutôt troublant, je détourne alors rapidement le regard.

camo©015
• ◘ ♦ • Fondatrice • ♦ ◘ • Little Biscuit
avatar
Date d'inscription : 12/11/2016
Messages : 234
Localisation : A l'institut en train de s'entraîner.

Voir le profil de l'utilisateur


Toute les légendes sont vraies.
Je me souviens de t'avoir entendu dire un jour que grandir, c'est regarder en arrière et regretter de ne pas pouvoir changer le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Mai - 16:51
Jace & Clary
Entre mission et sentiments.
Long Time No See

Il y a des combats qui sont plus durs, plus douloureux que d’autres, ceux qui touchent aux fondements mêmes de nos sentiments les plus contenus, qui nous poussent à construire des murs autour de nous pour nous plonger dans la solitude et garder pour soi ce qui nous consume. Il y a des luttes plus violentes que des coups physiquement donnés, des mots qui nous percutent plus puissamment qu’un train lancé à pleine vitesse, et il y a les mots qui sont sous-entendus et se prêtent à des interprétations multiples, ceux qu’on n’acceptera pas de croire car ils allument un feu ou soufflent sur les braise un autre brasier.

La vie est faite de douleur qu’on apprend à aimer et font peu à peu partie de nous. Et comme tout le monde on tente de donner le change dans un monde rempli de personnes tout comme nous touchées par trop de batailles.

J’en suis venu bien souvent à me dire depuis le retour de Valentin et le débarquement de mes sentiments pour Clary, que la mort serait un cadeau plus doux que la survie, que la vie de frère aux côtés de c’est tempétueux rouquine dont je suis incapable de refoulé les sentiments que je ressens pour elle. Quand il m’annonça finalement que je n’étais pas son fils, ce fut la délivrance à toutes les luttes, à tous ces moments que j’ai passe dans le noir, à se demander comment on arrivera à survivre à demain en priant pour que ce jour prochain n’emporte pas loin de vous les personnes auxquelles vous tenez le plus, à cause d’un père qui est plus une malédiction, qu’un bien fait en soit.

Toute ma vie je n’ai eu qu’un vœu, une demande simplement égoïste d’être le premier sur la liste des départs et ne pas voir dans le regard des miens la douleur de la perte, celle d’appartenir à une famille bien à moi, et quand ce fut le cas, je n’en fus pas ravi, mais brisé.


Je me revois jouant sur ce porche tout gosse alors que dans la cuisine voisine Maryse et l’enclave, assis autour d’un café préparait le départ de mon père, pour la cité des os, le regard rougi et perdu, la voix éteinte ou serrés par la peine. Je me revois assis sur ce sol de pierre, bougeant machinalement le petit soldat en bois dans ma main, les yeux fixés sur le paysage montagneux. Ce jour-là le monde avait changé, ses couleurs, son parfum, sa lumière s’était éteinte, jusqu’à ce jour ou Clary avais tout ravivé de millions pixel improbable.

Silencieux, le regard fixé sur Lydia, qui tentais de me convaincre de partir avec Clary. Je rester bras croisé, mes pensées bien loin de ce bureau. Me repassant quelques paroles de Clary, l’écoutant tenter de démonter mes arguments à l’époque, et je me demandais comment elle pouvait voir de la lumière en ayant vu pour ma part tellement d’obscurité. Comment elle pouvait tenir à faire partie d’un monde comme celui qui m’avait vu naitre, comment elle pouvait tenir autant à cet autres monde qui l’avais abrité.

La lumière vacilla et sans que j’ai prononcé un mot, les choses prit la tournure que je ne voulais pas voir pour le moment, à savoir me retrouver seul avec elle. J’étais parti m’armées et à mon retour elle était là, dos à moi, fasse à Lydia qui lui expliquer ce quel attendais de nous. Un sourire polis et l’affaire ce poursuivis, je réalisai alors, que mes points étaient serrés, que mes muscles contenaient la pression de mes pensées amplifiées par mes ressentis. J’inspirai discrètement et reculai d’un pas pour m’appuyer au mur, ne cherchant pas à donner de la distance qu’elle effacerait surement, trop aveugle au fait que sa présence était de plus en plus compliquée à gérer pour moi. Sans un mot, on prit, alors la route de la sortie. *Par l’ange* me dis-je pour reprend mon esprit.

« Bon, et on y va comment ? Et s'il te plait ne me dit pas qu'on y va à pied par ce temps glacial » lança-t-elle finalement, tentant de rompre autant le froid extérieur que celui qui doucement avais pris place dans notre relation. Le regard planté sur ma stèle qui dansait entre mes doigts dans des gestes rapides, je laisser quelques vapeurs d’air danser mimant une réflexion.

« Un portail, donc. Plus vite, nous y seront et plus rapidement, on en finira. » Ma phrase avait un gout de fin de non-recevoir, que je n’aimais pas, mais obligatoire pour clore tout sujets. Certes je lui aurais bien collé dans le nez que je ne voulais que son bonheur et pour moi il était clairement établi ailleurs, mais au lieu de mots je me détournai, dégoûté par moi-même d’être trop con pour la pousser suffisamment loin de moi, d’un nous possible, déjà à bout nerf avec un sentiment mettre fait avoir pour me forcer à parler avec elle, dans un moment de chasse en tête à tête.

« Go, l’artiste dessine nous une porte. » dis je me sortant de son regard avec quelques pas en avant, pour l’avoir dans mon dos.


©Hystéria
avatar
Date d'inscription : 29/05/2017
Messages : 73
Localisation : Dans la merde

Voir le profil de l'utilisateur


See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Juin - 9:16
Entre mission et sentiments.

Clary & Jace


Plus les secondes s'écoulaient, plus je me confortais dans la certitude que cette mission à deux était la plus mauvaise idée que Lydia n'ai jamais eu. Je n'avais rien dit, j'avais seulement hoché la tête quand elle nous avait annoncé qu'il fallait finalement faire équipe. C'est comme si elle nous avait un mit à chacun un coup de poing au visage pour finalement nous laisser, pensant que les blessures cicatriseront d'elles mêmes. Mais ce genre de blessure, celle qui viennent du cœur sont irréversible. Elles dévorent notre âme comme un cancer dévore notre corps. Je ne sais pas lequel des deux fait le plus mal. Me retrouver à ces côtés est beaucoup plus douloureux que je ne l'avais prévu. Notre relation est plus froide que la température extérieur. Je pense que l'expression "tenter de briser la glace" est bien approprié pour le coup. Et c'est ce que j'ai essayé de faire, mais il semblerait que la glace soit solide.

Jace a à peine relever le regard de sa stèle, et je sens qu'il aurait aimé être n'importe où ailleurs que d'être ici. Etre aussi prêt de lui mais aussi loin en même temps est un sentiment abominable. Il m'agace, son comportement m'agace. Je fais l'effort d'engager la discussion et il ne saisit pas la perche que je lui tend. Sa proposition pour le portail est claire, finir cette mission au plus vite pour ne plus supporter la compagnie de l'autre. Une compagnie douloureuse, certes, j'ai fais un choix en me mettant en couple avec Simon et j'en ai fais un autre quand j'ai décidé de le quitter. Deux décisions qui ont lancé de la poudre sur notre relation. Et bien que l'on croyait être frère et sœur mes décisions ont eu leurs conséquence. Je suis en train de perdre les deux, Simon et Jace. Je suis rongé par la culpabilité qui me bouffe. Alors j'essai d'oublier en prenant la parole comme si de rien était mais la réponse de Jace prouve bien qu'il ne souhaite pas engager de discussion, juste en finir. Je reste un moment silencieuse, je cligne des yeux par tant de froideur et mon cœur se serre un peu plus.

Mes lèvres séché par le froid s'entre-ouvre pour prendre la parole, mais aucun mot ne crée son chemin, au final c'est lui qui reprend la parole. Une porte ? Mon visage affiche une expression de surprise. Il se fiche de moi ? -"Attend, t'es vraiment en train de me demander de nous dessiner une porte magique pour se rendre de l'autre côté de Manhanthan ?" Même si j'en avais le pouvoir je ne saurais comment faire. Depuis cette histoire avec la coupe mortelle j'ai délaisser mon don pour le dessin. Par manque de temps mais aussi d'inspiration, tout ces évènement se sont enchainé si vite, toute mes émotions sont impossible à contenir sur une simple feuille de papier. Mais pour ce qui est de mon don magique, je reste novice. Jace est dos à moi désormais, il ne peut donc apercevoir mes yeux rouler vers ciel mais mon soupire est bien audible. -"Tu sais Jace, sortir une biscotte d'une feuille de papier et sortir une porte ce n'est pas la même chose." Mon raisonnement est à la limite du sarcasme, son comportement m'irrite alors je répond en conséquence. Je croise alors mes bras sur ma poitrine et je laisse mon regard se perdre un instant sur le côté avant de reposer mes yeux sur celui qui en une phrase arrive à ma mettre dans tout mes états. -"En plus je n'ai pas pris de quoi dessiner." Quand on me parle de mission, je ne pense pas nécessairement à prendre mon carnet de dessin. Cette mission s'annonce festive, faux.

camo©015
• ◘ ♦ • Fondatrice • ♦ ◘ • Little Biscuit
avatar
Date d'inscription : 12/11/2016
Messages : 234
Localisation : A l'institut en train de s'entraîner.

Voir le profil de l'utilisateur


Toute les légendes sont vraies.
Je me souviens de t'avoir entendu dire un jour que grandir, c'est regarder en arrière et regretter de ne pas pouvoir changer le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Juin - 19:33
Jace & Clary
Entre mission et sentiments.
Long Time No See

A peine avais-je ouvert la bouche que je m’en voulais déjà, c’était bien là le souci avec elle, ces sentiments qui me brûlaient dès que je la repoussais, la froissais et pourtant en parfaite contradiction, je savais parfaitement comment déclencher chez elle n’importe quelle réaction attendue. Ce furent donc quelques mots qui avaient suffi à changer le brise-glace en iceberg. Jouant avec ma stèle, j’avançai de quelques pas dans l’allée boisée du parc tout en l’écoutant. L’imaginant lever les yeux au ciel et brûlant d’envie de lui dire une nouvelle fois de ne pas faire ça. Mais au lieu de cela je fis quelques pas de plus avant de l’entendre protester, qu’elle n’avait pas de quoi dessiner. D’un pas je me détournai pour revenir vers elle et m’arrêtai au plus près, rangeant ma stèle dans la poche de ma manche.

« Sérieusement Clary… » Ma main glissa sur son poignet, caressant sa peau fraiche, un simple contacte qui me valut d’oublier la température négative et m’enflamma, mais je n’en montrai rien. Inspirant rapidement un peu d’air pour ensuite former un petit nuage de buée. Mes doigts relevèrent son bras et mon autre main dégrafa la poche pour sortir sa stèle.

« Tu n’as besoin que de ceci, Clarissa. » Murmurais-je tout en la détaillant. Je déposai sa stèle dans sa main et avançai d’un pas me retrouvant plus proche d’elle qu’on ne l’avait été depuis des jours.

« Ferme les yeux ! » Dis-je d’un ton beaucoup plus calme, limite tendre.

« Fais le vide dans ton esprit, pense à quelque chose d’agréable, comme Peter Pan pour voler… »

Ma main retomba doucement le long de son bras, mes doigts caressaient à nouveau sa peau et cette sensation m’enivra une seconde fois. Il n’aurait fallu que quelques centimètres pour rompre le manque, la douleur de ne pouvoir la toucher réellement, l’aimer tout simplement. Quelques fichus centimètres pour que ma bouche ne vole la sienne et efface certainement tout ce qui me torturait, comme à chaque fois qu’on avait eu ce genre d’échanges. Mais je ne bougeai pas, me contentant du contacte de sa main sans la mienne à présent.

« Fais le vide et cherche en toi, puis dessine l’air comme si tu avais un papier. Aller, essaye, ou ce sera métro, boulot et dodo. » Finis-je sur un sourire.

Ma main se détacha d’elle et j’explorai du regard rapidement l’environnement autour de nous.

« Bref, décides-toi, tu tentes ou on y va à pied et on n’en parle plus ? »



©Hystéria
avatar
Date d'inscription : 29/05/2017
Messages : 73
Localisation : Dans la merde

Voir le profil de l'utilisateur


See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Juin - 13:39
Entre mission et sentiments.

Clary & Jace


Les bras toujours croisée sur ma poitrine j'observe Jace qui c'est détourné de moi. Je secoue activement mes mains contre mes frêles bras dans le but de redonner un peu de chaleur à mon corps. Mes yeux se  pose sur son de dos, un dos qui démontre sa carrure irrésistible et séduisante. À peine cette pensée afflige mon esprit que je me maudit intérieurement. La mission, je dois me concentrer sur la mission. Je reste sur place tandis qu'il s'approche de moi. Une décharge électrique traverse tout mon corps quand sa main entre en contact avec mon poignet, je croise ces yeux bleue. J'oublie le froid extérieur, d'un simple contact la chaleur s'empare de mon corps. Je sens mes joues chauffer. Je suis incapable de faire le moindre mouvement bien trop déstabilisé par sa proximité. Une proximité qu'on c'était si longtemps interdite. Un frisson hérisse mes poiles un à un quand il prononce mon prénom en entier, mais cette fois ci cela n'a rien avoir avec le froid. Mon coeur tambourine dans ma poitrine tandis que je tente de garder bonne figure. J'avais oublié l'effet que ça fait d'être aussi proche de lui. J'aurai juré que pendant un instant j'avais arrêté de respirer. Je n'ai plus froid. J'aurai aimé dire quelque chose mais aucun son ne souhaite sortir de ma bouche. Notre proximité me rappel de nombreux souvenirs volontairement oublié refaisant surface. Mon esprit se brouille repensant à lui et moi. C'est cet amour destructeur et désordonné qui avait semé le chaos dans ma vie mais surtout dans mon cœur.

J'hoche simplement la tête et je laisse mes paupière doucement se fermer. L'obscurité envahit maintenant mon champs de vision et je me laisse le temps de prendre conscience de mon environnement me concentrant sur la voix de Jace. Pense à quelque chose d'agréable, un sourire amusé transparaît sur mes lèvres avec son évocation de Peter Pan. Une petite remarque sarcastique me brûle les lèvres mais je n'en fais rien, je dois me concentrer. Alors je me surprend à penser au contact de ces lèvres sur les miennes. Pendant un moment je brise ma promesse je m'autorise à penser à nous. Une sensation agréable m'habite quand il caresse mon bras. Puis je vois Simon et mon estomac se tord de culpabilité. Aussi tôt j'ouvre les yeux -"Ce n'est pas possible, je n'y arrive pas !" . Je souffle exaspéré par moi même laissant échapper de la vapeur blanche -"Je suis désolé, je crois que se sera métro, mon taxi n'est pas encore au point" Je m'en veux tellement, je n'arrive plus à réfléchir correctement.  

Quand je ferme les yeux je le vois. Lui et sa chevelure blonde, ces yeux d'un bleu profond. M'autoriser à céder à mes pensée me rappel à chaque fois l'expression douloureuse de Simon et le mal que je lui ai fais. -"Faire le vide dans mon esprit est bien trop compliqué en ce moment, je devrais peut être demander à Alec un cours de Yoga"  Mon esprit est toujours encombré, habité nuit et jours. Ma plaisanterie n'en n'est pas une, je tente simplement de me détendre. Mais pour me détendre il faudrait deja que mes pensées cesse de me tourmenter. Respire Clary, respire, tu ne vas pas nous faire une crise ici , pas en sa présence. Alors doucement je me calme et je m'autorise à relever les yeux vers lui.


camo©015
• ◘ ♦ • Fondatrice • ♦ ◘ • Little Biscuit
avatar
Date d'inscription : 12/11/2016
Messages : 234
Localisation : A l'institut en train de s'entraîner.

Voir le profil de l'utilisateur


Toute les légendes sont vraies.
Je me souviens de t'avoir entendu dire un jour que grandir, c'est regarder en arrière et regretter de ne pas pouvoir changer le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin - 0:34
Jace & Clary
Entre mission et sentiments.
Long Time No See

« Ok, on va faire ça à ma façon, ça sera plus rapide et au moins on aura tous les deux une chance de retrouver nos chambres avant l’aube. Ou que tu retrouves ton petit copain. » Je lui fis signe de me suivre, tournant dans une allée du parc pour me diriger vers un hangar.

Derrière le mur bas qui longeait le parking se trouvait un jardin où quelques chasseurs aimaient se détendre en jouant les herboristes, des statues en plâtre à l’effigie d’anciens chasseurs morts des années en avant décoraient les lieux avec pour seuls souvenirs leurs noms gravés en lettres d’or à leurs pieds et une date. Beaucoup d’instituts avaient leurs cryptes et leur mémorial, le nôtre ne dérogeaient en rien à cela. Une autre forme inhabituelle recouverte d’une bâche noire se détachait sur l’obscurité de la nuit. Je m’avançai vers elle avec de nouveau un sourire sur les lèvres. Attendant que Clary soit assez proche pour ôter le plastique sombre qui cachait une moto.

« L’enclave ne sait pas que je l’ai gardé, donc on dira qu’on a pris le métro. »

Cette moto n’avait rien d’ordinaire, d’un blanc tirant sur l’argent, on l’aurait crue taillée dans de l’os. Elle brillait au clair de lune et l’espace d’une seconde, quand j’entrai la clé elle devint transparente. Vacillant entre le charme et les runes de la clé. Mes doigts glissèrent sur le réservoir lisse et doux comme du verre.  

« Prête ? Je pourrai même te déposer au hangar après. » Dis-je en m’installant au guidon et en lui tendant la main d’un geste chevaleresque pour finir de la convaincre de prendre place contre moi.  

« Tu m’expliqueras en route pourquoi tes runes ne fonctionnent plus ou pourquoi tu ne te penses plus capable d’en faire. » Me détendre, faire comme si de rien n’était, comme si Valentin ne m’avait jamais révélé que nous n’étions pas frère et sœur, comme si cette limite était encore là pour me tenir loin d’elle. Voilà ce que je devais faire.

« D’ailleurs pour le Yoga, vaut mieux demander à Magnus, Alec n’est pas vraiment un pro du contrôle, il en donne bien le change, mais je peux t’assurer qu’il n’est pas mieux armé que toi face aux émotions. » Un comble quand on sait que j’endormais les miennes, quand on sait que c’était la clé de certaines réponses.



©Hystéria
avatar
Date d'inscription : 29/05/2017
Messages : 73
Localisation : Dans la merde

Voir le profil de l'utilisateur


See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Juin - 9:24
Entre mission et sentiments.

Clary & Jace


Rien, je n'arrive plus à rien. Je me sens tout d'un coup complètement inutile. Je ne devrais sans doute pas laisser mes problèmes et sentiments personnel alterner ma mission. Si j'étais comme Jace, si je faisais abstraction de mes sentiments peut être que je parviendrais à quelque chose. Mais après quoi ? Je deviendrais une personne froide et sans aucune émotion. Je refuses, les sentiments sont peut être une faiblesse mais ils sont aussi une force. C'est ce qui me donne le courage d'affronter ce qu'il va se passer, ce qui me donne la rage de vaincre. Mais pour l'heure le tourbillon de sentiments qui afflige mon cœur m'empêche d'ouvrir ce fichu portail. Mes yeux roule vers le ciel avec exaspération quand il mentionne Simon en tant que mon petit ami. Comme si ce n'était pas assez dure d'avoir pris cette décision il faut qu'il me balance ca en pleine figure. -"Simon n'est plus mon petit copain" Je n'ajoute rien, ce n'est pas la peine d'argumenter sur le sujet ca ne ferait que jeter de l'huile sur le feu et tout empirer. Hors, on doit se concentrer sur la mission. J'enchaine le pas à sa suite, nous passons par le jardin givré par le temps. Le lieu de repos de certain shadowhunters morts, j'ai une pensée pour ma mère. Elle me manque terriblement, elle aurait été là, elle m'aurait dit comment affronter tout ca. Je fronce les sourcils quand Jace s'arrête devant un plastique sombre. Puis mes yeux s'ouvre en grand quand il l'enlève pour laisser apparaître une moto.

-"Comment l'enclave ne peut-elle pas savoir si tu l'as caché ici ? Puis c'est qu'une moto Jace, quoi maintenant les shadowhunters n'ont plus le droit de rouler en moto ?". Mes yeux s'écarquille d'avantage quand il allume le moteur, la moto devient transparente. -"Oh d'accord" Je viens d'avoir la réponse à ma question. J'hésite observant toujours la moto puis me décide à prendre place derrière lui. J'ignore sa main tendu en raison de sa remarque sur le hangar que je ne relève même pas. Encore hésitante, mes mains viennent timidement s'accrocher à Jace. Je ravale ma salive sentant mon cœur tambouriner dans ma poitrine, ca faisait bien trop longtemps qu'on avait pas été aussi proche. Je tente de mettre mon trouble de côté et de ralentir les battements de mon cœur qui ne cesse de me tourmenter ces temps-ci.

-"Il n'y a rien à expliquer" comment expliquer à Jace que c'est justement lui le problème ? Que mes sentiments pour lui sont tellement fort que je n'arrive plus à réfléchir correctement ? Comment lui expliquer que je me sens tellement coupable par rapport à Simon que ca me ronge de l'intérieur ? Sauf que je tente de refouler tout ca, comme je l'ai fais avec la mort de ma mère. J'encaisse et j'essaie de garder la tête haute même si en ce moment j'ai l'impression de me noyer dans fin. Peut être que mon problème vient de là, peut être pas. Je ne comprend pas moi même pourquoi je n'arrive plus à rien.  -"Il parait toujours calme et zen" répondis-je suite à sa réponse en ce qui concerne Alec. Quand Jace démarre la moto je me serre d'avantage à lui. Je tente de faire abstraction de la chaleur qui m'envahit des pieds à la tête et je me concentre sur mes cheveux fouettant le vent, dansant dans les airs. Je dois bien avouer que c'est une sensation agréable et pendant quelques secondes j'oublie tout mes problèmes, tout est plus simple. Alors s'en m'en rendre compte je sourie, j'observe l'horizon au loin tout en me collant un peu plus à Jace à cause de la vitesse. Ma voix s'élève plus fort que d'habitude pour me faire entendre -"Tu l'as eu où cette moto ?" Je me sens plus libre, plus flottante.


camo©015
• ◘ ♦ • Fondatrice • ♦ ◘ • Little Biscuit
avatar
Date d'inscription : 12/11/2016
Messages : 234
Localisation : A l'institut en train de s'entraîner.

Voir le profil de l'utilisateur


Toute les légendes sont vraies.
Je me souviens de t'avoir entendu dire un jour que grandir, c'est regarder en arrière et regretter de ne pas pouvoir changer le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadowhunter the Clash  :: New York :: Manhattan-